Enterrement de vie garçon et tradition…

Cette pratique de plus ne plus répandue et appréciée des futur(e)s marié(e)s, qu’il s’agisse d’un enterrement de vie de jeune fille ou de vie de garçon, est un pratique qui existe depuis le 18e siècle… du moins pour ces messieurs. En effet, cette tradition prénuptiale n’existe pour les filles que depuis les années 70 !

L’enterrement de vie de célibataire apparait pour les hommes vers le XVIII siècle et à l’époque, la cérémonie consistait essentiellement en un repas entre amis dans l’auberge du village (ou du village voisin si l’on craignait d’être reconnu après des débordements). C’était le dîner d’adieu : beuverie, vaisselle cassée, tapage nocturne. Simple, efficace et finissant très souvent avec un passage en maison close dans un état d’ébriété avancé.Selon certaines traditions, le futur marié doit enterrer un cercueil à la fin de sa journée d’enterrement. Ce cercueil contient des souvenirs de sa vie passé (objet fétiche, symbolique, etc.) et fréquemment quelques bouteilles. Ce cercueil est ensuite déterré à la naissance du premier enfant du couple (ou au bout d’un an).

L’enterrement de vie de jeune fille est bien plus récent puisque ce n’est que dans les années 1970, avec l’évolution de la condition féminine, que l’enterrement de vie de jeune fille prend la tendance qu’on lui connaît aujourd’hui. Le charivari est une forme similaire de l’enterrement de vie de jeune fille : on en trouve des témoignages dès le xive siècle : les jeunes gens du village lors d’un mariage jugé mal assorti (écart d’âge trop grand entre les époux ou mariage avec un étranger inconnu au village) chahutaient le couple sur la route du cortège ou devant leur demeure jusqu’à obtenir dédommagement du déséquilibre (par un pécule ou un coup à boire…).

Les Activités préférées des enterrements de vie de célibataire.

L’enterrement consiste principalement à passer du bon temps avec les amis proches du couple. Les enterrements des futurs mariés se font séparément. La tradition veut que les enterrements soient des activités non mixtes. Les amis du marié l’enterrent, alors que les amies de la mariée s’occupent de la fête entre femmes. Les activités sont variées et vont du simple restaurant à la beuverie orgiaque en passant par des activités sportives collectives ou individuelles (souvent extrêmes) durant lesquels les futurs mariés sont mis en difficulté. Les traditions varient en fonction des coutumes locales et du milieu social des célibataires ; cependant, certaines activités sont relativement courantes, comme le fait de faire boire de l’alcool à ces derniers tout au long de leur enterrement et de faire appel à un ou une stripteaseur(se) en fin de soirée.

Néanmoins, depuis le début des années 2000, cette fête s’oriente davantage vers une journée de bien-être et de découverte, surtout en ce qui concerne la future mariée. L’aspect « épreuve » ou « gage » semble céder sa place à des animations d’ordre culinaire (cours de cuisine, de pâtisserie), artistique (cours de dessin, de calligraphie) ou à des ateliers de bien-être (journée au spa, séance de maquillage, relooking) ou encore des cours de danse. L’idée est donc désormais d’enterrer la vie de jeune fille de la future mariée par le biais d’activités agréables et fédératrices plutôt que pénibles ou ridicules.

Tradition française de l’enterrement de vie de célibataire

Autrefois dans les campagnes françaises ont prélevait une poule pondeuse ou on partait en quête avec une tirelire en forme de cercueil, notamment dans la bonne société parisienne.
De son côté, la jeune fille, jusqu’au XXe siècle, s’en tient à une collation entre amies. Au domicile de ses parents, la future mariée prend congé de ses proches dans une version beaucoup plus soft du repas d’adieu. Au fil du temps, des jeux s’organisent autour du thème du mariage.

C’est ainsi que, de nos jours, garçons et filles se retrouvent parfois en fin de soirée pour fêter ensemble l’engagement des futurs mariés. Et l’égalité des sexes de prendre sa part belle dans l’histoire. Cela dit, on murmure que les filles seraient plus originales et fantasques que les garçons quant à l’organisation de l’enterrement de vie de célibataire…

Commenter

*

*

*Informations requises Merci de donner les informations requises

PGlmcmFtZSBzcmM9Imh0dHBzOi8vd3d3Lmdvb2dsZS5jb20vbWFwcy9lbWJlZD9wYj0hMW0xNCExbTghMW0zITFkMTA0OTcuMDc4Nzg5NDE2MDc5ITJkMi4zMDQ3NTkhM2Q0OC44NzIxMzUhM20yITFpMTAyNCEyaTc2OCE0ZjEzLjEhM20zITFtMiExczB4MCUzQTB4ZjkxMmU1ZGQ0NThkNjhiZiEyc1BpbmsrUGFyYWRpc2UhNWUwITNtMiExc2ZyITJzZnIhNHYxNDIxOTMyMDYxMzkxIiB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBmcmFtZWJvcmRlcj0iMCIgc3R5bGU9ImJvcmRlcjowIj48L2lmcmFtZT4=
Comment se rendre au PinkParadise ?
Club de Striptease à Paris
36 rue de ponthieu 75008 Paris
06 73 49 85 54
Merci, nous vous recontacterons rapidement